Tatin aux coings, au miel et au safran

Perdue dans la jungle entrepreunariale, dans l’immensité de l’open-space, je suis aveuglée par le clignotement de mon écran et agressée par les cris incessants des téléphones environnants, et je me prend soudain à rêver de douceur, de chaleur humaine…

 

Et puis, tous ces gens autour de moi qui se croisent sans se voir, qui se parlent sans s’écouter, qui s’enfoncent dans l’indifférence mutuelle et passent leur journée à « ne pas avoir le temps… », peut-être que ça leur ferait du bien, à eux aussi, un peu de convivialité et d’humanité!

 

Je rentre chez moi lessivée, la tête pleine d’idées noires. Tiens, je découvre en arrivant deux coings dont j’avais oublié l’existence (encore un coup de Lavande, ça!!!)

 

Pour la seule fois de ma journée, je vais prendre mon temps, créer quelque chose avec mes deux mains, quelque chose de bien réel (et non virtuel), sans avoir à me demander ce que mon boss va bien pouvoir en penser…

 

Il n’y a rien qui ne me détende plus que de cuisiner… Je ne pense à rien, juste concentrée sur ce que je fais… Ce ne sont plus les froides touches du clavier d’ordinateur que je sens sous mes doigts, mais la peau douce et velue des coings… dont l’odeur m’arrive dans les narines et me réchauffe le coeur!

 

Non, je n’avouerai pas que c’est en découpant les coings (qui étaient quand même super durs d’ailleurs, les sales bêtes!) avec mon gros couteau que je me suis vraiment défoulée, imaginant mon boss à leur place… parce que ça serait complètement faux! Ou en étais-je déjà? Ah oui c’est vrai, je parlais de chaleur humaine… Un peu de douceur dans ce monde de brutes, que diable!!!

 

DSC07215_copie

 

Tatin aux coings, au miel et au safran

Il vous faut:

  • 2 beaux coings
  • Un rouleau de pâte feuilletée
  • 50 g de beurre + quelques noisettes supplémentaires
  • 3 cuillères à soupe de miel neutre (acacia par exemple)
  • 3 pincées de filaments de safran

DSC07206_copie

 

Peler les coings, les couper en quatre, enlever la partie dure autour des pépins et détailler chaque quart en tranches régulières d’environ 1cm d’épaisseur. Là, vous avez fait le plus dur.

 

Préchauffer le four à 180°. Mettre les tranches dans une poêle sur feu moyen avec un demi verre d’eau et le safran (j’ai utilisé deux poêles, pour que les tranches de coings ne se chevauchent pas et puissent bien caraméliser). Laisser cuire quelques minutes en les retournant: elles doivent être tendres et il ne doit plus rester d’eau. Ajouter ensuite le beurre et le miel, bien imprégner les tranches de ce mélange, et laisser caraméliser en surveillant. Une fois les coings bien dorés, les sortir de la poêle et réserver. Récupérer le caramel restant (si il n’y en a pas assez, on peut toujours en refaire un peu en rajoutant un peu de miel et de beurre…).

 

DSC07212_copie

 

Répartir joliment vos morceaux de coings dans un moule à tarte (beurré si il n’est pas anti-adhésif), verser le caramel par dessus, parsemer des quelques noisettes de beurre supplémentaires, et recouvrir avec la pâte feuilletée, en la faisant bien rentrer sur les bords. Piquer la pâte avec une fourchette, et enfourner pour 30 minutes environ. Pour le démoulage, attendre quelques minutes après l’avoir sortie du four, et y aller d’un coup sec!!! Mais vu la dose de beurre, il ne devrait pas y avoir de problème…

 

DSC07205_copie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *