Portugal

Si vous faites encore partie de ceux qui croient que la gastronomie portugaise se limite aux mille et une façons d’accommoder le bacalao, il est grand temps d’aller faire un tour dans ce bien beau pays!

Alors que l’automne pointe déjà son nez, voici quelques souvenirs estivaux et gourmands de Lisbonne, Sintra, de la superbe région de l’Alentejo et de la vallée du Douro…

 

Lisbonne

La gastronomie lisboètte ne se cantonne pas aux incontournables pasteis des nata. De nombreux petits restos proposent une cuisine savoureuse et colorée, souvent à base de produits de la mer qui est toute proche. On se souvient notamment d’un délicieux carpaccio de langoustines et avocat goûté au restaurant Sacramento, mais aussi de salades bien fraîches à base de pois chiches ou de cornilles (les fameux « black-eyed peas »), agrémentées de poulpe ou de bacalao.

Le restaurant Tasca da Esquina, du célèbre chef Vitor Sobral nous a aussi laissé un excellent souvenir avec notamment une soupe froide d’ananas, chèvre et menthe, un burger de thon et dés de poire et le fameux bacalau al bràs (morue effilochée, oignons, pommes allumettes, oeufs brouillés et olives), de loin le meilleur qu’on ait goûté au Portugal. Une petite table face à la fenêtre au restaurant du Chapitô, avec une vue superbe sur la ville et la mer, nous a également laissé un très bon souvenir.

 

Sintra

Pour reprendre des forces après la belle ballade qui monte jusqu’au château des Maures et au palais de Pena, les petits queijadas de la maison Sapa sont un délice : ce sont de petits gâteaux au fromage et à la cannelle entourés d’une fine coque croustillante… elles valent bien le détour par cette ville enchanteresse à 30km de Lisbonne.

L’Alentejo

Le nord-est de l’Alentejo est une région sauvage et vallonée, où des forteresses perchées dominent des plaines d’oliviers centenaires, où de superbes villages aux façades blanchies à la chaux surgissent au milieu des vignobles. Evora, ville classée au patrimoine mondial est la capitale de cette superbe région, et les villages de Monsaraz, Estremoz, Castelo de Vide, Crato, et Marvao valent chacun largement une étape, tout comme le parc régional de la serra de san Mamede. Pour une grande occasion ou une petite folie, de superbes pousadas, lieux historiques transformés en hôtels de luxe, ponctuent cette route.

Mais cette région est également réputée pour sa gastronomie locale et ses vins : charcuteries qui n’ont rien à envier à leurs voisines ibériques, fromages, huile d’olive, herbes aromatiques (on a retrouvé la népita, menthe sauvage de corse, dans de nombreuses préparations salées : elle se marie particulièrement bien avec des croquettes de bacalao), fruits et légumes gorgés de soleil…

Nous y avons dégusté une cuisine authentique et généreuse, avec notamment d’excellentes soupes de légumes (dont un gazpacho « non mixé », à la mode locale), et de délicieux plats de bacalao et de viandes en sauce, sans parler des nombreuses pâtisseries (pas toujours très légères), héritage des recettes inventées par les soeurs des nombreux couvents des environs. Dans cette région montagneuse, de délicieux plats de gibier font aussi partie des spécialités : lièvre, cabris rôtis et perdrix sont à l’honneur.

Les vins d’origine contrôlée (DOC) Alentejo sont excellents. C’est une vrai découverte, les vins sont tous issus d’assemblages de cépages autochtones inconnus chez nous : touriga national, tricadeira, castelao en rouge ou encore Gouveia, Malvasia fina pour les blancs. On distingue une vraie typicité, un terroir et, malgré leur taux d’alcool élevé (14-15°, région oblige), beaucoup de fraicheur. Le Cartuxa blanc nous a particulièrement marqué. Pour goûter de très bons vins dans un beau (et immense!) domaine, l’Herdade do Esporão est une bonne adresse. On nous a dit beaucoup de bien des repas que l’on peut y faire le midi (avec les accords mets-vins), malheureusement nous n’avons pas eu le temps de goûter cela.
La Serra da Estrela
Pour rejoindre la vallée du Douro depuis cette belle région qu’est l’Alentejo, nous avons fait étape dans la Serra da Estrela, une belle région montagneuse aux verdoyants alpages, pinèdes et torrents, parfaite pour quelques randonnées sur de beaux chemins… et où l’on a le bonheur de tomber nez à nez avec des cerises et des abricots sauvages!

A Manteigas, au coeur de la Serra, une chambre d’hôtes nous a laissé un souvenir magique : la Casa das Obras, une superbe maison du 18e siècle magnifiquement restaurée, où l’on se sent comme chez soi.

La vallée du Douro

Un peu plus au nord s’étend la superbe vallée du Douro, classée elle aussi au patrimoine mondial par l’Unesco. Et pour cause, elle offre des paysages majestueux avec ses collines couvertes par les vignobles réputés produisant les meilleurs vins de porto.

Amarante

En sortant de la vallée du Douro pour rejoindre Porto, petit arrêt à Amarante, superbe petite ville sur la rivière Tâméga. On peut y goûter de délicieuses pâtisseries (dont certaines à base de potiron!), avant d’aller se balader dans les ruelles de la ville, ou un tour en pédalo sur la rivière.

Mais c’est surtout un véritable coup de coeur gastronomique que nous avons eu à Amarante pour le chef Vitor Matos, du restaurant Largo do Paco, dans le superbe hôtel Casa da Calçada. Nous y avons fait un repas d’anthologie, et goûté une cuisine de très haute volée, tout en finesse et subtilité… voici un jeune chef qui mérite très largement son étoile, et probablement promis à un brillant avenir!

Et pour retrouver le goût du Portugal une fois rentrés en France, je vous recommande un très beau livre de cuisine écrit par Mario de Castro : Portugal, cuisine intime et gourmande, aux éditions de la Martinière. Bientôt des recettes portugaises à venir!

portugal-cuisine-intime-et-gourmande.jpg

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *